Agriculture & élevage


Rédigé par sahara-times.com le Mardi 24 Mai 2011 à 09:49


Le secteur agricole dans la région du Sahara est de type oasien basé principalement sur la production animale de type pastorale associée à des activités d’agriculture irriguée dans les oasis.


Agriculture & élevage
La population totale de ces provinces est essentiellement rurale. Les agriculteurs (6.400 environ), qui sont pour la plupart des éleveurs, pratiquent l’élevage camelin dans la majeure partie des provinces.

Cet élevage est essentiellement à caractère nomade mais qui tend vers la sédentarisation autour des oasis et des grandes agglomérations urbaines.

Agriculture & élevage
La superficie totale de la région du Sahara est de 24 millions d’hectares, dont 130.000 ha de superficie agricole utile. Les parcours constituent la composante principale du système agricole de la région dominé par l’élevage camelin.

La superficie irriguée est de 500 ha consacrée principalement aux cultures fourragères et maraîchères. Par ailleurs, lors des années pluvieuses, des superficies importantes 50.000 ha sont irriguées par les eaux de crue (Elfayed).

Agriculture & élevage
Le secteur de l’élevage est dominé par le dromadaire dont l’effectif s’élève à 140.000 têtes ; soit 67 % du cheptel camelin national. Les autres espèces animales sont également représentées au niveau de la zone avec près de 380.000 têtes de caprins, 300.000 têtes d’ovins et 1.100 têtes de bovins. La zone dispose également de 30 unités avicoles.

Agriculture & élevage
La région souffre d’un certain nombre de contraintes dont les principales sont :

* Climat saharien caractérisé par une pluviométrie faible.
* Niveaux de production, relativement faibles;
* Terrains de parcours souffrant de dégradation souvent avancée.

Malgré les contraintes naturelles, la région du Sahara présente des atouts pour le développement agricole :

* Existence d’un potentiel appréciable en ressources naturelles permettant le développement d’une agriculture oasienne et pastorale. Cette agriculture, par son caractère ancestral, permet la préservation de la biodiversité;
* Savoir faire traditionnel et ingénieux des agriculteurs en matière de gestion des parcours des ressources hydriques et agricoles des oasis;
* Températures hivernales clémentes sur les zones côtières permettant la production de cultures maraîchères en hors saison.

Réalisations entreprises par les services en charge de l’agriculture et l’élevage

La région du Sahara a connu la réalisation de plusieurs programmes de développement et la mise en place d’importantes infrastructures.

Ces programmes ont concerné essentiellement des projets (i) d’aménagement hydro-agricole destinés à l’amélioration de l’irrigation, (ii) de mise en valeur agricole et du développement rural pour la valorisation de la production agricole, (iii) d’infrastructure de développement de l’immatriculation, de la géodésie et de la topographie (iv) de mise en place des services d’appui au développement agricole.

Les principales réalisations ont porté sur les domaines suivants.

En matière d’aménagement hydro-agricole (24,5 MDh)
Pris dans leur ensemble, les périmètres de PMH présentent un certain nombre de traits communs qui leur sont spécifiques eu égard aux milieux naturel et socioéconomique dans lesquels ils sont développés. Les principales spécificités prises en considération sont :

* La taille des périmètres de PMH comprise entre 15 et 50 ha en rapport direct avec la nature et le degré de mobilisation des ressources en eau ;
* Les eaux d’irrigation proviennent de la nappe profonde ;
* Le statut des terres agricoles des périmètres relève du Domaine Publique Hydraulique du fait de leur localisation dans les lits majeurs des oueds.

En matière d’irrigation, la région du Sahara a connu la réalisation de programmes d’aménagement hydro-agricole pour la réhabilitation du réseau d’irrigation et la création de nouveaux périmètres.

Durant cette période, un programme d’un montant d’environ 24,5 MDh a été réalisé. Ce programme a touché des périmètres sur une superficie totale d’environ 1054 Ha.

En matière de production agricole (151,9 MDh)
Compte tenu de la vocation de la région, les principaux programmes ont porté sur le développement de l’élevage dont le bilan global des réalisations est résumé ci-dessous :

. La couverture sanitaire du cheptel par :

* la réalisation des campagnes de prophylaxie contre les maladies contagieuses de toutes les espèces animales pour un coût de 0,8 MDh par an. Le taux de couverture vaccinale a atteint 60 à 70 % (selon les espèces animales et les maladies concernées);
* la lutte contre les maladies parasitaires internes et externes, essentiellement au profit de l’élevage camelin avec un taux de couverture de 60 %. Le coût moyen est 2,8 MDh par an;
* contrôle de salubrité des produits animaux et d’origine animale (viande, lait, et produits de la pêche). Le coût moyen annuel de ces opérations est de 0,8 MDh;

. Exécution de programmes d’envergure de sauvegarde du cheptel à travers :

* la création, l’aménagement et l’équipement de 580 points d’eau pour un montant de 70 MDh. Par ailleurs, la zone est dotée de 44 camions citernes avec leurs moyens de fonctionnement nécessaires. Ils sont renouvelés périodiquement pour assurer le transport de l’eau pour l’abreuvement du cheptel;
* la prise en charge par l’Etat des frais de transport d’orge pour l’alimentation du cheptel pour une quantité moyenne de 400.000 Qx par an. Le coût moyen annuel est de 20 MDh ;
* l’aménagement des terrains de parcours sur une superficie de 7.350 ha et la construction de 163 citernes pour un coût global de 15,6 MDh;
* la promotion de l’élevage camelin à travers l’organisation de foires d’élevage et l’octroi de primes aux éleveurs : en moyenne 4 concours par an pour 0,4 MDh ;

En matière de lutte antiacridienne :
Il est à rappeler que les programmes de lutte réalisés ont engendré un coût total national de 600 MDh. Une partie de ces programmes ont été réalisés dans la région du Sahara.

En matière d’infrastructure de développement (8,6 MDh)

* Mise en place d’une station météorologique pour un coût de 0,2 MDh en vue de disposer de données agro météorologiques nécessaires pour la mise en valeur agricole;
* Création de 4 usines de transformation dimension de lait pour une capacité de près de 5 millions de litres /an pour un coût de 7 MDh;
* La création d’une station d’élevage camelin à Laâyoune chargée de la recherche appliquée et de la maîtrise des paramètres d’élevage de cette espèce pour un coût de 1,2 MDh. Par ailleurs un projet de réalisation d’un hippocamélodrome est en cours de lancement à Laâyoune en partenariat avec l’Agence du Sud et le Conseil Provincial de cette ville (coût total prévisionnel de 8 MDh);
* Création de deux stations avicoles avec un coût de 0,7 MDh en vue de la démonstration et de la promotion de la production locale de viandes blanches ;
* La création d’un abattoir municipal à Laâyoune pour un montant de 5 MDh.

En matière d’immatriculation foncière, de géodésie et de cartographie (350 MDh)
Les réalisations dans les trois Régions du Sud ont porté sur :

* 4.505 réquisitions d’immatriculation en cours de traitement ;
* 20.608 titres fonciers et plans cadastraux en suite des opérations d’immatriculation ;
* Géodésie :
o 1.500 points d’équipements géodésiques ;
o 25 stations Doppler et 3 stations GPS permanentes ;
o 1.320 kilomètres de nivellement de précision ;
o 600 points gravimétriques.
* 325.000 km² de prise de vues aériennes (PVA) ;
* 277 cartes, plans et photomosaïque à différentes échelles.

Ces activités ont permis la sécurisation de la propriété foncière et son introduction dans le circuit économique ainsi que l’établissement de documents indispensables pour la planification et l’étude de tout projet économique et social. Le coût global de ces travaux est de 350 MDh.

En matière d’appui aux services de développement agricole
Le Département a mis en place une importante infrastructure et des moyens humains et matériels pour fournir les services nécessaires au développement agricole dans cette zone du territoire national.

A ce titre, la région du Sahara comporte :

* Quatre Directions Provinciales de l’Agriculture (DPA) et 4 Centres des Travaux (CT) agricoles qui ont pour missions d’assurer les services d’animation et de conseil des producteurs, ainsi que le contrôle de salubrité des produits alimentaires et de la protection des végétaux ;
* Deux services de la conservation foncière et deux services du cadastre dans les villes de Laâyoune et Dakhla, disposant des équipements et des moyens humains et logistiques nécessaires;
* Un domaine expérimental de la recherche agronomique à Laâyoune qui entreprend des recherches dans les domaines du développement de l’élevage du dromadaire, du palmier dattier et de la préservation des oasis ;
* Deux délégations, à Dakhla, pour le contrôle et la coordination des exportations ;
* Un service, à Laâyoune, pour assurer un approvisionnement régulier des provinces du Sud en farine subventionnée;
* Un centre de qualification agricole, à Laâyoune, qui a formé 497 lauréats en polyculture élevage et 759 fils et filles d’agriculteurs ;

L’ensemble des ressources humaines mobilisées pour l’accomplissement des divers programmes d’action susmentionnés s’élève à 309 agents dont 15,5 % sont des cadres de différentes spécialités (ingénieurs, vétérinaires, etc.).

Les bâtiments construits durant cette période couvrent une superficie de près de 20.000 m2 (bâtiments administratifs et à usage d’habitations). Les équipements nécessaires pour ces bâtiments (matériel technique, informatique, mobilier, etc.) sont fournis et renouvelés périodiquement.

Résultats et acquis

Depuis 1975, la participation des programmes de développement initiés par le Royaume a touché plusieurs domaines d’importance stratégique. Les projets de développement et les programmes d’investissement en infrastructures sont consolidés et renforcés chaque année. Ces efforts ont permis d’atteindre des résultats appréciables en matière de production animale et végétale. La région du Sahara produit localement une partie importante des besoins alimentaires locaux, spécialement en ce qui concerne les produits d’élevage (2.700 tonnes par an de viandes rouges, 2.030 tonnes par an de viandes blanches et 8.000 tonnes par an de lait). Les projets réalisés permettront certainement de mobiliser davantage les potentialités dans la région, valoriser leurs produits, notamment en renforçant la reconstitution des troupeaux et l’amélioration de la production végétale dans les périmètres aménagés pour l’irrigation, tout en préservant les ressources naturelles locales.

Infrastructures réalisées dans la région du Sahara

Agriculture & élevage

Populations d'agriculteurs dans la région du Sahara

Agriculture & élevage


           

Nouveau commentaire :
Twitter





Inscription à la newsletter



Derniers tweets
Le Roi adresse un discours à la nation à l’occasion du 61è anniversaire de la révolution du Roi... | Sahara Times http://t.co/96bLA74lsK
Jeudi 21 Août - 01:28
Le non Maghreb : le coût onéreux d'une union désespérément inopérante: Les estimations du coût du... | Sahara Times http://t.co/Ww1RSzlDEr
Mercredi 20 Août - 15:43
Ramon Moreno Castilla : L'Algérie, un pays "instable" sur le plan politique et social, exporte le... | Sahara Times http://t.co/pdXVphVCOF
Samedi 16 Août - 20:58

Galerie
Gdim Izik 50
Gdim Izik 08
Gdim Izik 02
Gdim Izik 53
Gdim Izik 29
Gdim Izik 17

Suivez-nous
Facebook
Twitter
Flickr
YouTube
Rss
App Store